Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 11:24

Il est 17h, j’arrive à l'hôtel. La fatigue et telle que je suis en mode « pilote automatique ». Le réceptionniste me remet les clés de ma chambre. Je m’y rends, pour constater que celle-ci donne directement sur l’ascenseur.

Enfer et damnation.

Je prends mon courage à deux mains et redescends à la réception.

 

«- Ma chambre est juste à côté de l’ascenseur. Je suis très sensible au bruit, serait-il possible d’en changer ?

- La porte est capitonnée, vous n’entendrez rien. »

 

Je me connais, je connais mon hypersensibilité auditive. Je sais que je risque de passer la nuit à compter les allées et venues de tous mes voisins de palier. Si la seule chose qui se tient entre moi et une nuit blanche est une porte capitonnée, je crains le pire. J’insiste donc.

 

«- Je préfère en changer.

- Vous êtes rentrée dans la chambre, vous avez écouté ? Je vous dis que vous n’entendrez rien. »

 

J'hésite. Je sais que si je remonte pour constater que la chambre est bruyante, je n'oserai pas redescendre une deuxième fois et je serai agacée de ne pas m'être fait suffisamment confiance. Je décide de lui tenir tête. Après tout, ne dit-on pas que "le client est roi"?

 

«- Non je ne suis pas rentrée, mais je me connais, je préfère changer. 

- Je vous dis que la porte est capitonnée !»

 

Je sens la moutarde me monter au nez.

 

«- Ecoutez, je vais être transparente avec vous : aujourd’hui nous sommes le 2 avril, c’est la journée mondiale de l’autisme, je ne sais pas si vous savez ?

- ...

- Non ? Et bien je suis autiste Asperger et hypersensible au bruit, j’aimerais donc, si l’hôtel n’est pas complet, pouvoir CHANGER DE CHAMBRE. »

 

M. le réceptionniste bougonne, tapote sur son clavier, et me tend une autre clé à contre-coeur.

 

«-Vous êtes sûre ? Non parce que la chambre à côté de l’ascenseur, la porte est capitonnée. Euh… vous savez ce que ça veut dire, non, « ca-pi-ton-née » ?

 

L’instant d’un instant, je me suis vue sauter par-dessus le comptoir pour lui faire bouffer son clavier, sa porte capitonnée, et sa mauvaise volonté. J’ai préféré un lapidaire :

 

«-Oui je sais, j’ai bien compris ! Je suis autiste, pas débile ! »

 

Notre conversation s’arrête là. Je me rends à ma nouvelle chambre pour découvrir qu’elle donne du côté rue et que j’entends le bruit des voitures comme si j'y étais.

 

Et là, c’est le drame. Je m’effondre totalement. Je pleure comme si ma famille toute entière venait d’être kidnappée par le revenant de Pablo Escobar. Je me replis sur moi-même et me balance doucement. Cet échange a épuisé mes dernières ressources, je suis à bout de force. Et quand la fatigue atteint des sommets, je ne gère plus mes émotions, je deviens irritable et la moindre contrariété prend des proportions énormes.

 

Dans deux heures, je suis censée être au gala de charité d’Autistes Sans Frontières pour y donner un discours. C’est une intervention qui me tient particulièrement à cœur et je crains de ne pas réussir à me ressaisir à temps. Depuis cinq jours j’enchaîne des évènements tous plus épuisants les uns que les autres : la conférence que nous avons donnée à Angers vendredi soir, un WE familial à l’île de Ré dès le lendemain pour fêter les 70 ans de mon père, des impératifs pros et persos. Je n’ai pas eu une seconde pour me reposer. Et j’arrive à Paris, LA ville qui a le don de me faire sortir de mes gonds. Mes habitudes sont bousculées, je n’ai pas mes boules de poils avec moi, je n’ai plus de repères. Je n’ai qu’une envie : tout annuler, et rentrer chez moi pour retrouver la douceur de mon nid douillet, mon train-train, et accessoirement, mon lit.

 

Bon allez ma Pépette, respire, ressaisis-toi. Tu ne peux pas te défiler, c'est une chance unique, il faut que tu sois à la hauteur.

 

Débarbouillage, maquillage, habillage.

 

J’arrive à la soirée. L’hôtel Dassault est vraiment un lieu unique, magnifique. J’en prends plein les mirettes. Sophia Aram s’avance vers notre petit groupe pour échanger avec nous. Elle est sublime, très charismatique, et son énergie est contagieuse. Je suis agréablement surprise par l'intérêt sincère qu'elle manifeste pour notre cause. Elle me dit qu’elle a parcouru mon blog, qu’elle a « adoré ».

 

 

Non mais allô, quoi ?! Sophia Aram qui me dit qu’elle a adoré mon blog, c’est genre j’te dis « t’es un mec et t’as pas de poils ! » Allô, quoi !

Non mais allô, quoi ?! Sophia Aram qui me dit qu’elle a adoré mon blog, c’est genre j’te dis « t’es un mec et t’as pas de poils ! » Allô, quoi !

L’heure de mon speech approche. J’ai repris du poil de la bête. Nous nous avançons vers l’estrade. Benoit, un jeune autiste de 18 ans, ainsi que sa maman Olivia répondent aux questions qui leur sont posées. J'ai le ventre noué. Mon tour arrive. Respire, Pépette, respire... J’explique ce qu’est pour moi le syndrome d’Asperger : l’apprentissage que suppose l’interaction sociale; la fatigue; l’hypersensibilité auditive. Et dans la deuxième partie du discours je dis en substance « Surtout n’ayez pas de peine pour moi. Au contraire, réjouissez-vous !  Car je suis très bien dans mes baskets et je ne changerais pour rien au monde. Réjouissez-vous car les autistes sont une chance pour notre société, nous avons tant à apporter. Et enfin réjouissez-vous car chacun détient entre ses mains le pouvoir de faire évoluer les mentalités. Voilà… réjouissez-vous car la vie est belle, les autistes sont parmi vous et c’est une très bonne chose. »  

 

 

Photo : Serge Dulud

Photo : Serge Dulud

J’ai vécu mon discours à 200%, j’y ai mis toutes mes tripes, ma passion, ma conviction. Tous mes espoirs aussi. Je pense que cette sincérité s’est ressentie et que mon message est passé.

 

Le reste de la soirée s'est déroulé dans une espèce de flou artistique. Je me souviens en vrac : du volume sonore, du délicieux goût des petits pois, du bonnet gris d’un certain acteur français qui fait à peu près trois fois ma taille, des lumières qui valsaient sur le plafond, et de la réserve touchante de Thomas Sotto qui a vraiment l’air d’être un chic type.

 

Jusqu'au jour de mon départ j’ai enchaîné des rendez-vous de toutes sortes et rencontré des gens formidables qui m’ont terriblement inspirée.

De Peggy et Benoit, je retiens l'éclat de leurs yeux quand ils parlent de leur fille Louise, une jeune Asperger de 11 ans : "Elle m'a dit "Papa, tu m'enverras un texto à peu près à 16h32", c'est pas génial, ça?!" C'est surtout le regard plein de tendresse que vous posez sur la différence de votre fille qui est génial.

D'Emmanuel, son sourire en coin et son bureau en bordel.

De Clémence, son dynamisme et sa vision on ne peut plus positive de nos particularités.

De Matthieu, son enthousiasme débordant et sa spontanéité. 

Et de Louise, 11 ans, passionnée par les chevaux et la mythologie grecque, cette entrée en matière mémorable : "Julie, je voudrais que tu me dises ce que c'est "Rhadamanthe"?"

 

 

A chaque fois que je rencontre un Asperger, je le trouve extraordinaire, en ce sens qu’il n’a vraiment rien d’ordinaire ! Ce sont des personnalités si riches, si hautes en couleur. Quel bonheur de croiser leur route.

 

Oui, vraiment, réjouissons-nous !

 

Car ce n’est pas pour nous, aspies, qu’il faut avoir de la peine, mais pour notre société qui n’est pas capable de nous offrir en son sein la place qui nous revient.


C’est elle qu’il faut s’employer à réformer…pas nous.

 

Merci à Peggy qui a rendu possible ce voyage à Paris et m’a offert cette opportunité de m’exprimer au gala d’ASF : merci de ta confiance ! Merci à Olivia, Benoit et Fabienne qui m’ont soutenue tout au long de la soirée. Merci merci merci!

Partager cet article

Repost 0
Published by Super Pépette - dans Anecdotes aspie-rantes Asperger
commenter cet article

commentaires

sophie 13/09/2016 14:34

Je comprends que cette arrivée à Paris a dû prendre les dernières parcelles d'énergie! Mon fils rentre chaque semaine lessivé ( plus blanc que blanc!) de sa semaine d'internat mais je lui dit toujours que c'est une chance d'avoir un fils comme lui et que pour rien au monde je souhaite qu'il change. En tout cas j'aime beaucoup ta vision des choses et ton humour. Alors merci de nous guider nous les neurotypiques vers plus de compréhension ;)

Elleauxailes 28/04/2016 11:31

Je compatis, pour l'hôtel.
Je me souviens d'une nuit effroyable en 2008 dans un hôtel près de la rocade de Bordeaux, pas isolée (phoniquement ni thermiquement).
Tu as un courage fabuleux.

Thomas 28/12/2015 22:41

Oui, super CHIANT les relations avec les normo-pensants... : toujours obligé de se JUSTIFIER, pour, au final, passer pour des gens qui abusent... !

Laetitia 06/02/2015 10:23

Bonjour Super Pépette, Merci à toi pour toutes ces vidéos et ces explications, mon petit garçon à 4 ans il a des troubles du spectre Autisitique qui ressemble fortement à Asperger mais il faut attendre ses 8-9 ans pour passer les test car il est trop jeune pour l'instant.
En lisant tous vos articles, sa me redonne de l'espoir. La psy de mon fils m'a dit un jour il va falloir devenir un requin car tout au long de sa vie vous tomberez sur des cons qui le mettrons dans une case. Et çà a commencé des la petite section de maternelle, ou la directrice me disait tous les jours garder le chez vous il est trop fatigué. Jusqu'au jour ou elle s'est rendu compte qu'il parlait correctement et que quand on lui posait une question il répondait à la question ( Et oui il est pas Débile). Malheureusement en France il y a encore beaucoup de lacunes à ce niveaux, pourquoi je me sens toujours obligé de me justifié , mais il ne se balance pas, il est propre, oui il parle, oui il comprends tout ce qu'on lui dit, il a un cerveau. Tout çà pour dire que avec mon Mari nous avons le projet de faire un deuxième enfant et que nous gardons espoir...il n'y a pas de fatalité, je préfère çà qu'on me dise il est condamné il va mourir, alors on va vivre avec et faire face tous ensemble.
Et pour la réponse à la question les Aspi on t'il des rapport amoureux, la réponse est : Mon fils à 4 ans et a 3 Copines qu'il embrasse sur la bouche donc pas de retard sur ce point.

Alain 04/01/2015 20:20

Fantastique
Je le mets dans mes favoris

Présentation

  • : Le blog de emoiemoietmoi
  • : émoi émoi et moi... Le blog porte bien son nom! Il est avant tout centré sur...moi, ma petite vie, mes coups de gueule, mes envies. J'essaye d'apporter un certain éclairage sur le syndrome d'Asperger trop méconnu en France. Avec humour, toujours. // Ce blog est protégé par les droits d'auteur. Toute reproduction, diffusion, publication partielle ou totale est interdite sans l'autorisation écrite de l'auteur.
  • Contact

    superpepette.jpeg