Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 avril 2022 1 04 /04 /avril /2022 18:00

Oh là là, quatre ans depuis mon dernier post... J'ai pris un coup de vieux, surtout avec la période Covid qui m'a tellement stressée que j'en étais rendue à nettoyer le sol de ma cuisine avec une brosse à dents. Le point positif c'est que ça m'a bien occupée pendant le confinement. 

Donc pour résumer : 

âge réel : 37 ans
âge ressenti : 125 ans

Il s'est passé beaucoup de choses ces dernières années, et ce soir j'avais envie de vous parler du départ de celle qui a été ma compagne pendant 13 ans : ma chère Misti. (âmes sensibles s'abstenir, je vous préviens, ce post n'est pas très fun, je dirais même qu'il est lacrymo activateur.)

 

J'ai dû dire au revoir à ma Misti le 24 décembre 2019. Au-delà de l'absence, ce qui me fait terriblement mal c'est la conviction que l'euthanasie a été précipitée, et je m'en veux TELLEMENT. 

Quelques mois auparavant, j'ai remarqué qu'elle buvait beaucoup plus que d'habitude. Je sais que ça peut être le signe d'une insuffisance rénale (j'ai déjà perdu un chat à cause de cette maladie). Je l'ai mentionné à mon vétérinaire qui m'a rassurée : nous avions fait un bilan sanguin à peine 2 ou 3 mois auparavant et les résultats étaient excellents. C'était l'été, nous vivions une période de canicule, il était normal qu'elle s'hydrate plus. Alors j'ai fait taire cette petite voix au fond de moi, et la vie a continué comme avant. 

Puis Misti a perdu du poids. Dans le doute, nous avons refait des analyses sanguines. Verdict : insuffisance rénale. La maladie s'est aggravée en très peu de temps et n'a pas laissé le temps à son corps d'y faire face, malgré le traitement mis en place. En décembre, une cystite est venue s'ajouter à tout cela. Cystite qui aurait pu être soignée par des anti-inflammatoires. Anti-inflammatoires qui auraient aggravé son insuffisance rénale. Et les résultats de ses analyses sanguines s'aggravaient à une vitesse alarmante. Il n'y avait aucune issue.  

J'ai dormi avec elle les dernières nuits, je voulais passer le plus de temps possible en sa compagnie.

J'espérais savoir quand serait le bon moment pour l'aider à partir. Même si l'euthanasie est un traumatisme pour le maître ou la maîtresse, je crois que c'est un acte d'amour envers son compagnon, et je n'ai jamais douté que c'était ce qu'il fallait faire pour elle. Mais je ne savais pas à quel moment, j'attendais un signe de sa part. Chaque jour était un peu plus compliqué, elle restait cependant combative, toujours collée à moi, à chercher les câlins et l'interaction. Les vacances de noël approchant, mon vétérinaire allait partir en congés pendant une semaine. Il m'a expliqué que l'état de Misti allait se dégrader très vite, que ce n'était qu'une question de jours, et que je risquais de devoir le faire euthanasier en urgence (soit dans n'importe quelle clinique, par n'importe quel‧le vétérinaire inconnu‧e). C'était hors de question. Pour un acte aussi douloureux et sensible, c'est le vétérinaire qui suit tous mes compagnons depuis toujours et en qui j'ai totale confiance qui devait être présent. 

Alors le 24, j'ai dû me résoudre à l'euthanasie. Le matin même, elle était relativement vaillante. Et je suis convaincue que son départ l'a prise par surprise et qu'elle n'était pas encore prête. Ca s'est sans doute joué à quelques heures, quelques jours, qui sait ? Il était trop tôt en tout cas, j'en suis persuadée, et je vis avec cette culpabilité, l'impression d'avoir trahi sa confiance, et de n'avoir pas été à la hauteur alors qu'elle avait, plus que jamais, besoin de moi. 

Je sais que pour beaucoup de personnes, tout cela peut sembler ridicule. Mais pour moi, Misti était un membre de ma famille, et je dirais même plus : comme une partie de mon corps (elle était tout le temps collée à moi, et ne plus sentir son poids contre moi me manque physiquement). J'ai d'ailleurs, au moment de son euthanasie, ressenti très clairement une partie de moi mourir, et j'ai été comme dissociée pendant plusieurs semaines (en mode robot, 0 émotion), avant de sombrer dans une profonde dépression (dépression en grande partie guérie grâce au Brintellix, j'en parle ici : https://www.youtube.com/watch?v=VVU4veQ5IXc, merci les anti-dépresseurs).

Je ne sais pas pourquoi je raconte tout ça ce soir. Le temps aidant, je dois avoir un peu plus de facilités à poser les mots. J'ai aussi besoin de crever l'abcès, faire mon mea culpa, et lui rendre hommage. Elle était extraordinaire et elle me manque tellement.  

Je ne retire aucune leçon de tout ça, si ce n'est peut-être que j'aurais dû faire preuve d'un peu plus de courage, écouter ma petite voix, l'écouter elle. Cette situation inextricable aurait-elle connu une issue meilleure pour autant ? Je n'en sais rien. Ce qui est fait est fait et il me faut vivre avec.

 

Si vous aussi vous avez dû subir l'euthanasie d'un de vos compagnons, sachez que vous avez toute ma compassion. C'est un traumatisme qui n'est pas pris assez au sérieux, en mon humble avis. On en aurait presque honte, d'avoir mal, à force de s'entendre dire qu'il ne s'agit "que" d'animaux. On en aurait presque honte, de ne pas parvenir à faire son deuil. On en aurait presque honte, d'espérer un jour les retrouver de l'autre côté. N'ayons pas honte. Cette petite honte latente là, elle m'a conduite à étouffer mes émotions, et a entravé ma guérison. Aujourd'hui, je n'ai plus honte de dire que Misti était une âme soeur pour moi, que je pleure souvent en pensant à elle, et que nous demeurons à ce point connectées que parfois, la nuit, elle me rend visite en rêve.

Ma vie, mon chat
Ma vie, mon chat

Partager cet article

Repost0

commentaires

S
Bonjour, je viens de lire votre BD que j'ai trouvée fabuleuse.<br /> J'ai beaucoup appri en la lisant et je la recommande vivement.<br /> Bonne continuation.
Répondre
R
Bonjour Super Pépette,<br /> <br /> J'ai 58 ans et je suis nouveau ici car j'ai été diagnostiqué très récemment. Le psychologue qui a fait mon diagnostic m'a transmis des liens pour vos films sur l'autisme, dont il m'a fait les éloges. Je les ai tous regardés, ensuite j'ai acheté "La différence invisible" et "Dans ta bulle !" que j'ai dévorés. Dans certains points je me suis beaucoup reconnu, dans d'autres non, nous sommes tous différents. J'ai été d'accord avec certaines choses, pour d'autres j'aurais aimé pouvoir en parler, mais c'est comme ça, chaque auteur ne peut pas dialoguer avec chaque lecteur.<br /> <br /> Et... tout naturellement je suis arrivé ensuite sur votre blog. J'ai eu plusieurs animaux dans ma vie, je les ai beaucoup aimés donc ma première lecture a été pour Ma vie, mon chat. Misti vous a quitté et c'est terrible. Quand on aime un animal il vous le rend au centuple. En fait, un animal ne demande qu'un peu d'amour et d'attention mais en échange il donne absolument tout ce qu'il a, sans aucune retenue. J'ai beaucoup aimé mes animaux, membres de la famille, et je pense que si je me suis autant intéressé à eux, si j'ai vraiment essayé de les comprendre, c'était peut-être notamment à cause de mon Asperger. Je ne suis qu'au début de mon auto-analyse et je pense que j'ai bien du travail devant moi avant de me comprendre réellement. <br /> <br /> Pour en revenir à Misti, on ressent tellement de doutes en vous... <br /> <br /> Je ne vais pas vous dire "vous devriez penser comme ci ou comme ça" je ne peux pas, personne ne peut se mettre à votre place, tout ce qu'on peut, c'est essayer de comprendre l'autre, de vous comprendre. <br /> Je pense que le fait de pouvoir faire euthanasier un animal est bien pour lui éviter des souffrances, comme vous le dites "c'est un acte d'amour envers son compagnon". Quant au moment à choisir, on n'a pas le choix, vous n'avez pas eu le choix, vous avez attendu aussi longtemps que possible. Une semaine, est-ce qu'on aurait pu lui donner encore quelques jours de vie ? Oui, mais si finalement cela était devenu quelques jours de souffrances, ou même simplement quelques heures souffrances ? Sur la durée d'une vie, ne vaut-il pas mieux partir quelques jours plus tôt, mais sereinement ? Cela demande certainement réflexion et nous donnerons tous des réponses différentes mais moi, à titre personnel, je préférerais partir quelques jours plus tôt, sans souffrance inutile. <br /> Quant à Misti, Elle a eu une vie heureuse auprès d'une personne qui l'aimait énormément et c'est ça le plus important, je pense que si elle pouvait vous parler elle vous remercierait de lui avoir permis de partir en douceur, qu'elle ne demandait pas à "être prête". Vous n'avez pas trahi sa confiance, vous avez fait le mieux pour elle. <br /> Moi, à mon sujet, je pense que j'aurais manqué de courage si j'avais imposé à mon animal d'attendre jusqu'au dernier instant, de lui avoir imposé des souffrances inutiles, pour me donner bonne conscience. Je pense sincèrement que vous avez fait tout juste, c'est ma propre vue du problème, bien sûr.<br /> <br /> Bon, il faut que j'abrège... A mon sujet, je suis encore dans l'errance mais en tout cas je voulais vous remercier beaucoup pour vos vidéos et vos livres qui m'ont fait beaucoup de bien en m'ouvrant de nombreuses pistes. Je vous souhaite tout de bon.
Répondre
S
Merci beaucoup, beaucoup
M
Bonjour, <br /> J’ai eu les larmes aux yeux en lisant ton post. Ça m’a rappelé le départ de mon chat récemment …<br /> Il était un membre de ma famille. Son départ a été très violent. Le véto m’a dit soit on réhydrate mais il sera seul tout le week-end (c’était un samedi) en sachant que ça ne s’améliorera pas, soit on met fin à sa vie maintenant. J'ai donc du me résoudre, comme toi à le laisser partir. <br /> Merci pour ton article.
Répondre
S
J'en suis vraiment désolée
N
Bonjour Julie, je viens de découvrir votre blog et vos vidéos grâce à la recommandation de votre BD dans un podcast allemand (je suis allemande, du coup je m‘excuse aussi pour mes fautes d‘orthographe et/ou grammaticales). Ca fais à peu près un an que je suspecte être autiste et actuellement, je poursuit le chemin du diagnostic (j‘ai 28ans). Cet article résonne beaucoup avec mois, parce que je suis en train de vivre la même la chose avec mon chat qui m’accompagne depuis 16 ans. En décembre, ses résultat de sang étaient encore bonnes et elle était en pleine forme, mais depuis à peu près deux mois, elle mange de moins en moins et elle maigri chaque jour. On se prépare à son départ, mais j’ai déjà très peur du jour où il faudra éventuellement prendre une décision et qu‘elle ne soit plus avec moi. Du coup, je ressent très fort vos émotions! En plus, l‘article a été publié le jour de mon anniversaire, ce qui me semble presque comme un signe qu‘il s‘adresse à moi et à ma situation personelle. Merci donc de partager vos émotions de manière si ouverte! J‘apprécie beaucoup votre travail et je suis contente d‘avoir trouver une bonne ressource pour partager des infos sur l‘autisme, aussi avec mes amis français. Bon courage alors et bonne continuation à vous, merci! :)
Répondre
S
Merci Nathalie et je vous envoie de douces pensées et beaucoup de courage
N
Bonjour Julie, ce nouveau témoignage sur votre blog est effectivement très triste et entrave un peu ma joie concernant votre retour. J'ai appris être asperger l'an dernier (non diagnostiquée) et vous avez été la première personne qui a fait écho en moi lors des visionnages YouTube. Alors indépendamment de votre tristesse, je suis heureuse que vous repostiez car j'apprécie beaucoup certaines de vos valeurs.
Répondre
S
Merci beaucoup c'est très gentil :)

Présentation

  • : Le blog de emoiemoietmoi
  • : émoi émoi et moi... Le blog porte bien son nom! Il est avant tout centré sur...moi, ma petite vie, mes coups de gueule, mes envies. J'essaye d'apporter un certain éclairage sur le syndrome d'Asperger trop méconnu en France. Avec humour, toujours. // Ce blog est protégé par les droits d'auteur. Toute reproduction, diffusion, publication partielle ou totale est interdite sans l'autorisation écrite de l'auteur.

    superpepette.jpeg