Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 12:22

    biological-clock-vibrator-copie-1 

 

Aujourd’hui, j’ai décidé de faire mon coming-out. Je vais sortir du placard. Non non, ne me retenez pas, j’y vais. Je me lance. Bon. Allez. On respire. On prend son courage à deux mains. Au moins, je suis protégée par mon écran, personne ne pourra me jeter de tomates. Je suis forte. Je suis the best. Je suis au top. Et…

 

Je suis childfree.

 

Ouuuuf. Voilà, c’est dit ! Ça n’était pas si dur que ça finalement. C’est presque sorti tout seul. Et je suis toujours en vie! En général, quand je dis ça, je me fais lapider verbalement par mon interlocuteur. C’est l’avantage d’internet, on peut être polémique sans risquer de mourir sur le bûcher du jugement social.

 

Alors voilà, cher lecteur, j’ai 27 ans, je suis normalement constituée, relativement équilibrée, mais sans désir de reproduction. Et le pire dans tout ça, c’est que je le vis plutôt très bien.

 

Ce qui m’enquiquine, c’est le regard des autres. En France, seules 10% des femmes n’auront pas d’enfants au terme de leur vie (qu’elles soient childfree ou childless1), tandis qu’à titre de comparaison en Allemagne de l’Ouest elles sont 29% 2 ! Si je peux comprendre l’étonnement que suscite mon choix de vie auprès de mes concitoyens, peu habitués à rencontrer des phénomènes de foire comme moi, je ne peux plus accepter l’intolérance et le jugement qu’il provoque. Voici pêle-mêle les réactions auxquelles j’ai droit :

 

- « Tu es égoïste ». Argument choc s'il en est. Je n'ai plus qu'à ferme mon clapet et jeter ma plaquette de pilule à la poubelle pour prouver que je ne suis pas un monstre. Sauf que...  Il faudra que l’on m’explique un jour en quoi faire des enfants est une preuve d’altruisme puisque dans le top 3 des réponses données par les sondés à la question « Pourquoi fait-on des enfants » 3 on trouve :

1°) Un enfant rend la vie de tous les jours plus belle, plus joyeuse,

2°) Faire un enfant permet de faire perdurer sa famille, de transmettre ses valeurs, son histoire,

3°) Un enfant donne de l'affection, de l'amour et permet d'être moins seul quand on vieillit.

En gros on fait un enfant pour rendre sa vie plus fun (on pourrait en débattre !), pour perpétuer la lignée, pour être moins seul et se sentir aimé. Toutes les raisons sont centrées sur le propre plaisir des parents. En plus d'être égoïste et illusoire, c'est un sacré poids sur les frêles épaules des bambins. 

 

- « Tu finiras bien par changer d’avis, ta fibre maternelle va se réveiller ». Et si je ne change pas d’avis, c’est si grave que ça ? Pourquoi ça rassure tout le monde de penser que je vais « rentrer dans le moule » ? Quant à cette notion de « fibre maternelle », Elisabeth Badinter a déjà démontré que l’amour maternel n’était pas forcément instinctif : « Au lieu d'instinct, ne vaudrait-il pas mieux parler d'une fabuleuse pression sociale pour que la femme ne puisse s'accomplir que dans la maternité? »4

 

- «Tu n’as pas d’enfant tu ne peux pas comprendre ». Ça me fait penser à ce qui aurait pu être dit à un homosexuel il y a encore quelques années « Tu n’as jamais couché avec une femme, tu ne peux pas savoir ». Certes. Mais si l’envie n’est pas là, la question ne se pose même pas. Si Rodrigo n’a pas envie de coucher avec une femme, ça veut tout dire, non ?

 

- « Tu vas le regretter ». Je ne vais pas faire quelque chose dont je n’ai pas envie aujourd’hui sous prétexte que je risque de le regretter plus tard.

 

- « Tu n’es pas réellement une femme tant que tu n’as pas donné la vie ». Ben tiens. On va me sortir aussi qu’on ne peut pas être réellement « entier » tant qu’on n’a pas trouvé sa moitié ? Je plains les célibataires sans enfants, qui ne sont que le quart d’une moitié, les pauvres.

 

- « Les enfants, ça donne un sens à ta vie ». Aouch. J’ai vraiment besoin de commenter, là ?

 

- « Tu es trop pessimiste ». Non, je ne crois pas. La vie n’est pas toujours rose, et aujourd’hui on ne peut plus dire à son enfant « Travaille bien à l’école et tu seras à l’abri du besoin ». Quand on voit le monde dans lequel on vit il y a de quoi se poser des questions : précarité, travail salarié aliénant et vide de sens, difficultés à trouver un logement décent (et encore plus à devenir propriétaire), pollution, réchauffement climatique, terrorisme, disparition des espèces animales, raréfaction des ressources… Je plains sincèrement les futures générations à qui nous allons léguer un monde qui marche sur la tête.

 

- « Et sinon avec tes parents, ça va ? Tu as déjà pensé à consulter? ». Ca va, merci. Par contre toi tu sembles assez doué pour la psychologie de comptoir, tu as déjà pensé à te reconvertir?

  

- « Mais…pourquoi ???! », avec un air ahuri. Mais et toi, pourquoi tu en fais ? « Ben c’est normal, c’est naturel ». Mais encore ? « Ben c’est normal quoi ! ». Ah ok. Si les raisons de faire des enfants sont obscures, c’est parce que faire un enfant relève plus de l’ordre de l’affect et du normatif que de la raison5. On fait un enfant parce qu’on en a envie et parce que « c’est comme ça », rarement après avoir fait la liste des avantages et des inconvénients.

 

Et le clou du spectacle, les rares fois où je prends la peine d’expliquer calmement mes raisons :

 

- « Si on réfléchit trop dans la vie on ne fait jamais rien ». Gni ?? Je ne sais pas pour vous, mais moi je crois qu’on ne réfléchit jamais « trop », et que la réflexion n’entraîne pas l’immobilisme, simplement une prise de décision…réfléchie ! Surtout en ce qui concerne un sujet aussi important que la mise au monde d’un être humain !

 

Alors, non, je ne déteste pas les enfants (loin de là !), non, je ne déteste pas ceux qui en font. Je partage avec bonheur leur joie et m’extasie sincèrement devant leur progéniture. J’aimerais simplement que l’on respecte un choix de vie qui ne regarde que moi et qui, en théorie, ne devrait déranger personne !    

 

Faire un enfant, c’est un choix personnel, et non une obligation collective.

 

Pour ma part, je tiens à ma vie telle qu’elle est, et je la trouve déjà suffisamment compliquée en l’état, ça n’est pas la peine d’en rajouter une couche. Parce que non un enfant ça n’est pas que du plaisir et du fun, c’est beaucoup d’inquiétudes, de fatigue, de responsabilités, qui, comble du bonheur, incombent aux femmes. Car, pardon messieurs, mais on ne peut pas vraiment dire que la parité homme-femme soit une réalité. Si les hommes savent désormais changer une couche et préparer un biberon, ils ne vont pas pour autant sacrifier leur carrière pour passer plus de temps avec leurs enfants. En moyenne, les femmes passent trois fois plus de temps que les hommes à faire le ménage, la cuisine, les courses ou s’occuper du linge et deux fois plus à s’occuper des enfants6. Et pour ceux/celles qui pensent encore qu’avoir un enfant c’est pump-it-up-paillettes, sachez que quand une chroniqueuse du Chicago Sun times a demandé dans les années 1970 aux parents s’ils referaient le choix de la parentalité en sachant ce qu’ils savaient, 70% ont répondu par la négative7. Une enquête plus récente souligne que 13 % des parents en Belgique regrettent d’avoir eu des enfants8. On est tout de même bien loin de l’image de la carte postale.

 

Un autre élément, qui donne matière à réflexion : Freud aurait décrété à une jeune mère  « Madame, quoi que vous fassiez, vous ferez mal!». Je ne suis pas une adepte de Freud mais là je dois dire qu’il a vu juste. Etre parent ça n’est pas inné, ça s’apprend, c’est un travail de tous les jours, et malgré toute notre bonne volonté on ne peut que faire subir à l’enfant nos névroses, nos problèmes, notre rythme de vie effréné. Alors certes, un nouveau courant de pensée voit le jour, il faudrait désormais lâcher du lest et assumer fièrement d’être une « mère indigne » ou « mère médiocre ». C’est carrément un phénomène de mode. Mais… et l’enfant dans tout ça ? Je ne vois pas trop l’intérêt d’en avoir un si c’est pour le voir 5 minutes le soir le temps de lui lire une histoire et avoir allègrement recours au TV-sitting et aux nuggets-frites.     

 

Quant à la grossesse et à l’accouchement… Rien que d’y penser, j’ai des frissons partout. L’épisiotomie suffit à elle seule à me détourner de la voie de l’enfantement. Je crois que pour les non-avertis une petite définition Wikipedia s’impose : "L'épisiotomie est un acte chirurgical consistant à ouvrir le périnée au moment de l'accouchement afin de laisser passer l'enfant. Cette incision a idéalement pour but de sectionner le muscle élévateur de l'anus." En France, une femme sur deux subit une épisiotomie quand elle accouche par voies naturelles.

 

Copie_de_Medio-lateral-episiotomy.png

 

Sympa, non ?

 

Je rationnalise, j’explique, j’argumente… Mais en fait la raison ultime, celle qui supplante toutes les autres, c’est l’absence d’envie, vous l’aurez compris. L’absence d’envie d’enfant et le trop plein d’envies multiples :  j’ai envie de pouvoir aller en vacances en dehors des périodes scolaires et ailleurs qu’au Club Med, j’ai envie d’avoir du temps pour moi (plutôt que de devoir courir le soir chercher les bambins, faire les devoirs, donner le bain, préparer à manger…), j’ai envie de pouvoir prendre la décision d’aller au cinéma au dernier moment, j’ai envie de continuer à faire des grasse mat’, j’ai envie de privilégier ma vie de couple (90% des couples vivent une baisse de leur bonheur conjugal dès la naissance de leur premier enfant9), j'ai envie d'avoir des conversations téléphoniques sans avoir à m'interrompre toutes les deux minutes pour demander à Justine de-remettre-ta-culotte-s'il-te-plaît-merci (voir l'excellent sketch de Foresti ici), j’ai envie de pouvoir profiter du silence quand je rentre chez moi le soir, j’ai envie d’être LIBRE. Libre de faire mes choix.

 

Mais il semblerait qu'en France au XXIè siècle la liberté ait un prix… Celui de l’exclusion sociale.

 

 

1 Childless désigne les femmes ne pouvant pas avoir d'enfant, et childfree celles ne désirant pas en avoir

2 Jean-Paul Sardon, « évolution démographique récente des pays développés », population, n°1 (janvier-mars 2002)

3 Sondage réalisé par TNS-Sofres du 2 au 5 janvier 2009 sur un échantillon national représentatif de 1000 personnes

4 Elisabeth Badinter, L'amour en plus

5 Elisabeth Badinter, Le conflit la femme la mère, p 22

6 http://www.inegalites.fr/spip.php?article245

7 Chicago sun times, 29 mars 1976

8 http://www.rtl.be/loisirs/detente/societe/737450/13-des-parents-regrettent-d-avoir-des-enfants

9 http://www.rtl.be/pourlui/article/La-naissance-du-premier-enfant-nuit-a-la-sexualite-de-90-des-couples-103142.htm

 

fauteuse2

 

A tous ceux que le sujet intéresse et qui ont envie de dé-cul-pa-bi-li-ser avec humour je conseille l'excellente BD "Et toi, quand est-ce que tu t'y mets?" de Madeleine Martin, Véronique Cazot, ainsi que l'ouvrage "No kid - Quarante raisons de ne pas avoir d'enfant" de Corinne Maier (elle-même mère de deux enfants...).

Repost 0
Published by emoiemoietmoi - dans Childfree
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de emoiemoietmoi
  • : émoi émoi et moi... Le blog porte bien son nom! Il est avant tout centré sur...moi, ma petite vie, mes coups de gueule, mes envies. J'essaye d'apporter un certain éclairage sur le syndrome d'Asperger trop méconnu en France. Avec humour, toujours. // Ce blog est protégé par les droits d'auteur. Toute reproduction, diffusion, publication partielle ou totale est interdite sans l'autorisation écrite de l'auteur.
  • Contact

    superpepette.jpeg